Un réseau sans-fil à la maison ou dans la rue ?
La percée silencieuse du 802.11b.

vide

Principales rubriques

Cet article est la suite d' Un réseau à la maison ? dont la lecture préalable est conseillée.

Un nouveau standard est en train de se répandre à l'écart du tumulte médiatique de l'UMTS. Il pourrait bien être la solution tant attendue pour fournir de l'Internet rapide aux mobiles. C'est le 802.11b appelé aussi WLAN (Wireless LAN) ou Wi-Fi (Wireless Fidelity). Ce système permet de réaliser simplement et pour pas très cher des réseaux Ethernet sans-fil. Autour d'une station de base (environ 150 euros), dans un rayon d'une centaine de mètres en extérieur ou de 30 mètres dans une maison, vous disposez d'un réseau local avec un débit de plusieurs Mbit/s pour chaque PC mobile ou fixe équipé d'un adaptateur réseau sans-fil (environ 100 euros).

Comment ça marche ?

Chaque machine est équipée d'un adaptateur pour communiquer sans fil avec la station de base elle-même reliée au réseau local.
Il existe de nombreux fabricants dont les matériels sont en principe interopérables (c'est l'intérêt de la norme 802.11b). J'ai compté plus de 300 produits comme 3Com ou D-Link. J'ai utilisé du matériel Netgear qui servira de référence dans cet article. Chaque PC doit donc être équipé d'un adaptateur réseau sans-fil. Il en existe plusieurs modèles :

Netgear Ma401
Netgear MA401
Adaptateur PCMCIA pour les PC portables ou les PocketPC comme l'IPAQ.
Sur l'IPAQ, utiliser les drivers Compaq WL100
Netgear Ma101
Netgear MA101
Adaptateur USB pour les PC fixes ou les portables
Netgear Ma301
Netgear MA301
Adaptateur PCI qui permet de glisser à l'intérieur une carte PCMCIA comme la MA401
Netgear Me102
Netgear ME102
Station de base reliée au réseau Ethernet fixe. Le réseau local sans-fil est à 11 Mbit/s à partager entre tous les utilisateurs. Selon les modèles, les stations de base peuvent accepter de 30 à plusieurs centaines de clients.

A quoi ça sert ?

La première idée, c'est que cela supprime le câblage RJ45. Faisons les comptes : au lieu d'un adaptateur à 100 F et de 30 mètres de câble pour 200 F, il faut un adaptateur à 1000 F et une station de base à 2000 F ! Si le PC est fixe ou quasi fixe, rien ne justifie cette dépense si ce n'est l'impossibilité de faire passer des câbles. En revanche, si l'utilisateur est mobile, cette solution présente de nombreux avantages. Avec un portable ou un PocketPC, il faut oublier les systèmes de synchronisation de fichiers avec un PC fixe. On reste en liaison permanente avec Internet pour envoyer et recevoir des émails, surfer et avoir accès à son agenda ou à ses fichiers favoris (photos, mp3) pour peu qu'on ait pris la précaution de rendre tout accessible via Internet. Le miracle ! Les débits réseau sont excellents. le système fonctionne très bien avec des .mp3 ou des fichiers Vidéos. Le seul problème est dans la puissance des processeurs des systèmes mobiles incapables sur batterie de décomprimer en temps réel les fichiers vidéos au delà de 200kbit/s. Les distances et les débits annoncés par les constructeurs sont en général assez optimistes et il est prudent de les diviser par 2.

Les caractéristiques techniques

L'installation est assez simple. Après installation des logiciels (drivers et configuration), il faut configurer le système. Il y a deux modes de fonctionnement : le mode dit "Infrastructure" et le mode "802.11 Adhoc" appelé aussi "peer-to-peer workgroup" (groupe de travail pair à pair).

  • Le mode "Infrastructure" permet le fonctionnement décrit plus haut. Chaque PC est en liaison avec une station de base qui sert de pont entre le réseau cablé et les clients sans-fil. Si plusieurs stations de base sont connectées sur le même réseau câblé, le client sans-fil peut librement passer d'une station à l'autre sans perte de connexion. Ceci permet d'étendre facilement la zone de couverture du réseau sans-fil.
    Les paramètres de configuration standard sont les suivants :
    -Tous les équipements doivent être mis en Mode "Infrastructure".
    -Tous les clients doivent utiliser le même nom de réseau (paramètre SS ID).
    -Tous les points d'accès doivent utiliser le même nom de réseau (paramètre ESS ID).
    -Toutes les stations doivent utiliser la même clé de chiffrement (paramètre WEP) ou pas de clé.
    -Il faut choisir les canaux utilisés par chaque point d'accès. Les clients se connecteront automatiquement au point d'accès le plus proche.
    Pour l'attribution des adresses IP, on peut soit utiliser le service DHCP s'il existe sur le réseau local (solution la plus simple, rien à configurer sur les postes clients) soit attribuer des adresse IP comme si le poste fait partie du réseau local.
  • le mode "802.11 AdHoc" permet de créer des groupes de travail mobiles sans station de base : les machines échangent directement des messages entre elles. C'est le moyen le plus simple et le moins cher de mettre en place un réseau mobile.
    Les paramètres de configuration standard sont les suivants :
    -Tous les clients doivent être mis en Mode "802.11 AdHoc".
    -Tous les clients doivent utiliser le même nom de réseau (paramètre SSID).
    -Tous les clients doivent utiliser la même clé de chiffrement (paramètre WEP) ou pas de clé.
    -Tous les clients doivent utiliser le même canal de communication. Sous Windows XP, ce canal est attribué automatiquement
    En général, il n'y a pas de service DHCP disponible, donc il faut attribuer à chaque poste une adresse IP différente dans le même sous-réseau. Sous Windows XP remplir l'adresse de configuration alternative avec une adresse IP non routable comme 10.x.x.x

La sécurité (WEP)

Pour des raisons évidentes, les liaisons sans-fil sont faciles à intercepter. Le standard 802.11 propose deux méthodes, une sans chiffrement et une (WEP ou Wired Equivalent Privacy) avec chiffrement par clé de 64 bits ou 128 bits (en fait 40 ou 104 bits). Avec chiffrement, toutes les stations doivent utiliser la même clé. Comme cette clé est stockée en clair sur chaque équipement, le niveau de sécurité obtenu est donc moyen.

Les évolutions

Les réseaux sans-fil se sont déployés lentement par manque de standard et d'interopérabilité. Parmi tous les standards, le 802.11b a été plébiscité par les utilisateurs y compris dans le grand public à cause de ses très bonnes performances et de son prix raisonnable. Intel est en voie d'abandon du standard HomeRF moins performant pour passer au 802.11b avec sa gamme AnyPoint pour le grand public. Le 802.11b fournit un débit de 11 Mbit/s dans la bande des 2.4 GHz. Un autre version plus performante mais incompatible, le 802.11a fournit 54 Mbit/s dans la bande des 5 GHz. Les premiers équipements commencent à être disponibles sur le marché. Une nouvelle version, le 802.11g vient d'être standardisée : elle autorisera des débits de plus de 20 Mbit/s dans la bande des 2.4 GHz et acceptera les équipements 802.11b.

Internet Unplugged !

Description vide Description vide

Indépendamment des réseaux WLAN privés, des opérateurs comme Wayport et T-Mobile commencent à déployer des réseaux WLAN 802.11b dans des centaines de lieux publics comme des cafés, des hôtels ou des aéroports pour un abonnement mensuel de 29.95$. Ceci permet aux utilisateurs de portables ou de PDAs d'utiliser le même équipement qu'au bureau ou à la maison pour une liaison rapide à Internet. Tout Manhattan est déjà couvert par ce système avec plus de 9000 points d'accès libres ! Il est évident que cette solution est une alternative quasi-gratuite et immédiate aux futurs et coûteux réseaux de téléphonie cellulaire 3G. Pas de licence d'utilisation des fréquences, des points d'accès à moins de 200$ et des cartes à moins de 100$, des systèmes interopérables, le roaming, le peer-to-peer. Point n'est besoin d'être un expert pour prédire un grand avenir à ce moyen de communication. D'autant que les premiers PocketPC avec carte Wi-Fi intégrée, comme le Toshiba présenté ci-dessus, sont disponibles. Et le temps n'est pas très loin où, comme pour le mp3, des millions d'utilisateurs partageront leur accès Internet avec leurs collègues mobiles pour se passer de tout opérateur mobile. En tout cas, certains tentent déjà de s'organiser à Paris. La révolution Internet ne fait que commencer.