Un PC dans la poche ou comment bien utiliser l'Internet mobile
Iphone, Android et les autres

par Jean-Paul Figer, ARMOSC

Publié le - Mis à jour le

vide

Principales rubriques

Les lecteurs assidus de www.figer.com ont sans doute remarqué que je n'avais pas encore écrit d'article sur l'utilisation d'Internet avec un téléphone mobile. La raison était très simple : l'emploi de ces appareils était trop compliqué et le fonctionnement très peu satisfaisant. Je teste ces équipements mobiles depuis une quinzaine d'années et vous pouvez voir ce que je montrais en 2002 ici. La situation a radicalement changée depuis 2008/2009. En 2010, il est prévu de livrer 65 millions de ces téléphones mobiles évolués (+38% par rapport à 2009)  J'explique dans cet article comment en tirer parti.

Il est maintenant possible de travailler dans la rue avec un téléphone mobile presque comme à la maison ou au bureau avec un PC. Il est possible de se servir de ces nouveaux téléphones mobiles dits "smartphones" sans payer beaucoup, sans gérer en double courrier électronique, contacts, agenda, etc.. ou sans synchroniser les données avec un appareil fixe.

Le but de cet article est d'abord de donner quelques grands principes d'utilisation et des conseils très pratiques pour utiliser au mieux ces nouveaux téléphones.

Le téléphone mobile : ça marche comment ?

J'ai débuté avec un téléphone mobile en 1985 avec le système analogique Radiocomm 2000. C'était un émetteur récepteur radio classique. La qualité de la voix était très médiocre, le temps d'établissement d'une communication très long,  la tarification hors de prix. Le nombre d'utilisateurs était limité par un tout petit nombre de fréquences disponibles.

La téléphonie mobile numérique commence au début des années 1990 en Europe avec l'apparition du GSM (Global System for Mobile). Le système transmet la voix et des messages textes (SMS) en numérique. La qualité du son est devenue convenable. L'établissement de la communication est de quelques secondes. Le problème des fréquences a été résolu par la juxtaposition de cellules de taille variable qui permettent une centaine de communications simultanées par cellule. Le prix des équipements est devenu très bon marché au fur et à mesure de l'accroissement du nombre des unités vendues. Il reste le coût des communications, encore trop élevé en France à cause d'un oligopole. L'arrivée au début 2010 de Free dans ce paysage va peut-être secouer les positions acquises.

Le déploiement de l'Internet a provoqué une demande d'accès par la téléphonie mobile, pas simple à fournir avec le débit nécessaire, le canal voix étant limité à une dizaine de Kbit/s. On se souvient du flop du WAP et des espoirs déçus de l'UMTS. Aujourd'hui la plupart des "Smartphones" sont compatibles GSM, GPRS (30 à 40 Kbit/s), EDGE (80 à 115 Kbit/s) et HSDPA (7.2 Mbit/s en voie descendante et 128Kbit/s en voie montante). Le type de connexion active (la commutation est automatique) est généralement indiqué sur votre téléphone (E pour EDGE, H pour HSDPA, etc..) et varie selon l'endroit où vous vous trouvez. En plus de ces réseaux mobiles, votre téléphone peut se connecter à Internet en Wi-Fi et dispose d'une connexion sans fil Bluetooth pour le relier à un casque ou un équipement fixe comme un PC. Il est aussi généralement possible de le connecter par un câble USB à un PC pour échanger des fichiers ou recharger la batterie.

Principe n°1 : ne plus synchroniser les données !

La synchronisation des données était l'obstacle majeur à une utilisation simple du terminal mobile. Il fallait relier le téléphone au PC par un équipement spécial ou par un câble USB puis lancer la synchronisation. Avec plusieurs PC la situation était très vite infernale et le fonctionnement de la synchronisation aléatoire. L'intérêt d'un accès Internet quasi-permanent permet de supprimer ces contraintes à la condition nécessaire d'avoir ses données accessibles quelque part sur l'Internet. Les lecteurs de www.figer.com qui suivent mes conseils sont déjà depuis très longtemps dans ce cas et utilisent déjà Gmail ou DropBox.

Le stockage des données sur Internet présente deux avantages majeurs : l'accessibilité universelle et la sécurité. Dans le cas d'un téléphone mobile, le stockage externe est une obligation du fait de la mobilité. Le risque accru de panne, perte ou vol d'un équipement mobile impose de ne rien stocker dans l'équipement. Ceux qui n'ont pas confiance dans ce stockage externe sur Internet peuvent lire ce que j'ai écrit ici.

Il n'existe donc qu'une seule copie active à jour des données sur Internet et tous les équipements, PC fixes ou téléphone mobile, travaillent sur la même version à jour en permanence.

Principe n°2 : ne pas se lier à une solution de l'opérateur mobile

La concurrence entre opérateurs mobiles en France, quoi qu'insuffisante, va s'amplifier avec l'arrivée de Free et de nouvelles technologies. Il est donc indispensable de bien découpler les composants de votre solution puisque les fonctions choisies doivent fonctionner aussi bien sur votre PC que sur votre mobile. Quelques exemples : la messagerie Orange avec le client Orange fournie sur le téléphone mobile autorise 50 Mo gratuits de transfert par mois, autant dire quelques journées de travail, le reste est facturé au prix fort et peut amener à des montants mensuels de plusieurs centaines d'euro ! En utilisant Gmail, vous ne payez rien en plus.

Principe n°3 : ne pas utiliser de données sur la carte SIM

C'est une peu la conséquence des principes 1 et 2. la carte SIM étant spécifique de la téléphonie mobile. Il faut donc n'en utiliser que la fonction indispensable, l'authentification de l'utilisateur du téléphone et ne pas utiliser les fonctions de personnalisation ou de stockage de données.

Quel téléphone choisir ?

HTC Hero

On assiste, enfin, dans le monde du mobile à une consolidation autour d'un nombre réduit de plate-formes. Le n°1 est l'Iphone d'Apple et le n°2 l'android open source de Google. Windows mobile est en perte de vitesse et on voit mal comment les annonces promises en 2010 pourraient inverser cette tendance. A noter que Google a annoncé le 5 janvier 2010 son téléphone android sur matériel HTC, le nexus one. C'est considéré comme une révolution aux Etats-Unis car c'est la première fois qu'on peut séparer l'achat d'un téléphone mobile avec le choix d'un opérateur ! On mesure l'avance prise en Europe avec le GSM.

Pour choisir, on se retrouve dans l'alternative classique en informatique MAC/PC. La tranquillité d'un système propriétaire tout intégré (Iphone) face à un système ouvert plus facilement adaptable à un besoin particulier et moins cher à terme (Android). Il sera intéressant de voir si l'histoire se répète et si comme sur le poste de travail, le système propriétaire finit par se marginaliser.

La plupart de mes conseils sont indépendants de votre choix. Par goût, je préfère les systèmes ouverts. Avant d'utiliser un Android (HTC Hero), j'utilisais un HTC TyTN II avec Windows Mobile. Il n'y a pas de différences notables dans les possibilités. En revanche l'usage de l'Android est infiniment plus intuitif avec de meilleures performances et un poids plus réduit.

Les critères de choix ne sont pas très nombreux : Clavier, écran, 3G, Bluetooth, Wi-Fi, GPS, autonomie, poids.

  • Clavier ou pas clavier ? J'avais choisi le HTC TyTN II car il disposait d'un clavier physique en plus du clavier virtuel à l'écran. En fait, en deux ans d'utilisation, je ne me suis jamais servi du clavier physique bien que le clavier virtuel ne soit pas très pratique. L'avantage d'un seul clavier virtuel est la réduction du volume et du poids de l'appareil toujours appréciable pour un appareil mobile.
  • Ecran On passe de 320x240 à 480x320 puis 800x480 pixels. Malheureusement la taille de l'écran n'est pas proportionnelle à l'accroissement du nombre de pixels.
  • 3G C'est une option indispensable pour bénéficier du haut débit quand c'est possible
  • Bluetooth Option intéressante pour limiter les fils des appareils mobile. Une oreillette/micro Bluetooth sans fil fonctionne parfaitement. Il faut simplement penser à la recharger de temps en temps.
  • Wi-Fi De plus en plus de réseaux Wi-Fi sont accessibles à la maison ou dans la rue (FreeWiFi par exemple) et les performances d'accès à Internet sont bien meilleures que la 3G. Option indispensable. Il faut se familiariser avec la manière de se connecter rapidement à un nouveau réseau.
  • GPS La géolocalisation est intégrée dans de nombreuses applications. La géolocalisation fournie par le réseau d'accès mobile est très peu précise par rapport à celle du GPS. C'est une option que je recommande fortement même si sur certains appareils le fonctionnement du GPS réduit l'autonomie de la batterie.
  • Autonomie/poids Moins de 200 grammes et une journée d'autonomie en fonctionnement normal permet de conserver l'appareil avec soi dans la poche. Privilégier la recharge avec une prise mini USB pour éviter un chargeur spécial par appareil en utilisant une prise USB sur PC.

Quel abonnement choisir ?

Le catalogue de prix des offres des opérateurs est d'une grande complexité et je me garderai bien de donner des conseils. Pour ma part, j'ai un forfait mensuel de deux heures de communications téléphoniques et plus un forfait d'accès Internet de 9 € par mois qui me suffit amplement. Nota : ce forfait très intéressant n'est plus commercialisé par l'opérateur.

Conseils pratiques d'utilisation des applications les plus courantes

HTC Hero

Le courrier électronique

En application du principe 1, ne pas synchroniser les données , il faut travailler directement sur sa boite aux lettres. En application du principe 2, il ne faut pas utiliser la solution de courrier fournie par l'opérateur. Vous pouvez utiliser l'accès à votre messagerie en IMAP ou en Web. Comme l'IMAP est fortement taxé par certains opérateurs comme Orange, il faut utiliser l'interface web. Si vous utilisez Gmail, il faut préférer les logiciels fournis par Gmail plutôt que l'emploi direct du navigateur toujours possible. La facilité d'usage est notablement améliorée. De cette manière, vous accédez naturellement à votre Gmail. Vous pouvez commencer à répondre à un courrier sur votre PC et finir la réponse sur votre mobile ou inversement. Vous êtes notifié de l'arrivée des courriers comme sur votre PC à la maison. Pour ceux qui utilisent une messagerie d'entreprise inaccessible de l'extérieur ou sans interface web, il suffit de faire un transfert de ses courriers vers Gmail (Voir ici comment conserver son ancienne messagerie).

L'agenda

De la même manière, il faut choisir un agenda en ligne avec une interface web. Il faut de préférence choisir un agenda qui comme Google Calendar dispose d'un client agenda sur le mobile qui permet de fonctionner même complètement déconnecté, la mise à jour se faisant automatiquement.

Contacts

La solution Contacts de Gmail est disponible sur l'appareil mobile. C'est d'une très grande convivialité. Le mobile est  mis à jour à partir des contacts sur Internet et les données sont disponibles en local en permanence. Les mises à jour du mobile sont automatiquement reportées sur les contacts de Gmail.

Quelques applications intéressantes

Fring

Fring intègre vos contacts et toutes les formes des messageries instantanée, la téléphonie GSM, SIP et Skype et même de la visio conférence dans une seule application d'utilisation intuitive.

Google Maps et Latitude

htc latitude

C'est le Google Maps classique avec en plus votre position et le trafic en temps réel, très utile. Il y a un positionnement rapide sans GPS pas très précis et un positionnement très précis avec le GPS quand on est à l'extérieur. L'application Latitude permet de connaître en temps réel la position de vos amis (à condition qu'ils vous y autorisent !).

Envoyer vos remarques, suggestions ou questions à

Jean-Paul Figer
© Jean-Paul Figer, 1958-2013

J'ai travaillé pendant 40 ans à Capgemini. Cependant les opinions exprimées dans ces articles n'engagent que moi et ne représentent pas la position de Capgemini.

Pour être informé des nouveaux articles, inscrivez-vous avec votre adresse mail