Faites parler votre PC en français !
ou comment utiliser simplement la synthèse vocale.

par Jean-Paul Figer, ARMOSC

Publié le - Mis à jour le

vide

Principales rubriques

Tout le monde s'émerveille des nouvelles possibilités offertes par les PC connectés à Internet mais bien peu utilisent une possibilité intégrée : la synthèse vocale. Le but de cet article est de vous faire découvrir comment vous pouvez très simplement transformer votre PC en dame de compagnie pour écouter textes et journaux favoris. Cet article est destiné aux utilisateurs de Windows XP. Les utilisateurs de Linux peuvent utiliser festival.

Pour contrôler la lecture de cette page

Une petite histoire de la synthèse vocale

Le traitement de la voix se compose de deux fonctions : la reconnaissance de la parole et la synthèse vocale. La reconnaissance de la parole sera abordée dans un autre article (à venir).

La synthèse vocale [text-to-speech] consiste à transformer un texte en voix. Elle s'est développée à partir de 1965. Les premiers systèmes utilisaient des règles pour reconstituer le spectre sonore de la voix. L'avantage était de nécessiter peu de place en mémoire. L'inconvénient était de fournir une voix mécanique souvent associée à celle d'un robot. A partir de 1985, le système de règles a été complété par des bases de données de sons qui permettent d'améliorer l'intonation et l'accent tonique. La taille de ces bases de données (10 à 100 Mo) posait un problème pour les premiers PC. L'amélioration des performances et de la taille mémoire permet maintenant d'utiliser ces systèmes sur le PC de Monsieur Tout le Monde.

Comment faire parler son PC en français ?

Reconnaissance vocale

Un système de synthèse vocale est intégré en standard dans Windows 7 et Windows XP. Pour l'utiliser, il suffit de faire démarrer, panneau de configuration, voix ou reconnaissance vocale. Dans le panneau qui s'affiche, entrer un texte puis cliquer sur "Tester la voix".  Sous Windows 7 vous avez en standard la voix de la langue de votre système. Sous Windows XP, Microsoft Sam parle avec un excellent accent anglais. Il est surprenant de constater que la version française de Microsoft ne parle qu'en anglais !

Comment installer gratuitement des voix françaises ? C'est possible. Il faut d'abord installer le logiciel Microsoft reader (3.6Mo) gratuit (ça existe !) en version française. Ensuite, il faut installer les voix françaises (5.6 Mo). En retournant dans le panneau de configuration de la voix, vous avez deux nouvelles voix, celles de Pierre et de Virginie que vous pouvez tester. La diction n'est pas fameuse et l'accent plutôt canadien. La voix de Virginie a disparu du site de Microsoft mais on peut la trouver sur un certain nombre de sites.  Elle vaut les 22 Mo à télécharger car la diction et l'accent tonique sont parfaits. Je vous suggère donc de configurer Scansoft Virginie comme voix par défaut.

Comment utiliser la synthèse vocale ?

Il faut trouver des logiciels qui exploitent cette possibilité.

  • Adobe Reader
    les dernières versions intègrent la lecture Audio. C'est dans Affichage, lecture Audio. On peut lire par page ou tout le document. Les textes multi-colonnes ne sont pas très bien traités.
  • Excel
    Il faut afficher la barre de menu en faisant sur la barre de tâches, clic droit, puis cocher "texte en parole".
  • yRead
    Logiciel gratuit que vous pouvez télécharger ici qui permet de lire un fichier texte ou html ou tout document que l'on aura préalablement copié dans une fenêtre.
  • Word, PowerPoint
    Pour ceux qu'un peu de bricolage n'effraie pas, voir ici comment intégrer cette fonction dans Word ou PowerPoint en utilisant VBA.

Pour aller plus loin

Pour développer vos applications de synthèse et de reconnaissance vocale, vous pouvez télécharger le Speech SDK 5.1 de Microsoft (attention 300 Mo). Les interfaces sont accessibles en Visual basic et sont plutôt simples d'emploi.

Envoyer vos remarques, suggestions ou questions à

Jean-Paul Figer
© Jean-Paul Figer, 1958-2013

J'ai travaillé pendant 40 ans à Capgemini. Cependant les opinions exprimées dans ces articles n'engagent que moi et ne représentent pas la position de Capgemini.

Pour être informé des nouveaux articles, inscrivez-vous avec votre adresse mail